Les Bonnes Résolutions

10 Oct

Ca tombe quand ça veut, les bonnes résolutions.

Il y a celles qui enquiquinent, celles qui remontent le moral, celles que l’on prend sans y croire ; j’avoue que je ne sais pas trop dans quelle catégorie mettre celle de reprendre ce blog. Mais ce que je sais, c’est que ça me met en joie et toutes les réjouissances sont bonnes à prendre.

L’ennui, c’est que les bonnes résolutions, en général, ça va avec ‘bilan’. Et c’est encore plus vrai quand on ne s’est pas vus depuis belle lurette.

Allez, on se lance :

Que je vous dise, plein de choses ont changé en 2 ans. On a à moitié démoli puis reconstruit la maison, on a opté finalement pour l’école de quartier, et on a accueilli pas moins de 3 nounous à la maison dans le cadre de la garde partagée dont je rêvais.

Et voilà que Juju se fait souffler dans les cheveux par son petit copain de classe, qu’elle affirme jour après jour son caractère de bout de bonne femme et qu’elle dort dans un lit de grande. (Avec une barrière quand même, on est pas fous.)

Et il y a aussi la jeune fille au pair dont je ne manquerai pas de vous parler un peu plus tard.

A part ça… voyons… on a fait l’impasse sur une maison si propre qu’on y mangerait par terre. On a renoncé à avoir une super organisation de dingue, infaillible et tout et tout. On a pas encore repris une vaie vie sociale mais, on en est témoins, il y en a qui y arrivent. On est toujours en retard ou juste à l’heure et c’est déjà pas mal. On se cherche et, maintenant on en est sûrs, on se cherchera encore dans les années qui viennent.

Voilà, c’est dit !

Eh oui, le temps passe ma bonne dame.

Et figurez-vous que je viens d’en apprendre une bien bonne : ma copine Sasha rentre au pays (elle est américaine). Pour de bon. Et c’est bizarre que ça me rende si triste parce que ma copine Sasha, ben je la vois jamais. Mais c’est quand même vrai que le temps file à toute allure, on court, on jongle avec tout plein de choses, et il y a toujours à faire, mais on n’a pas le temps de voir ceux que l’on aime.

Et c’est trop bête, parce que Sasha, moi, je l’aime bien.

Je l’aime bien parce que tous les jours, elle a l’air de vouloir croquer Paris, les gens et la vie. Je ne sais pas trop si c’est bien vrai parce que, comme je ne la vois jamais, ben Sasha, je ne la connais pas si bien que ça mais c’est ce que je perçois en elle, une croqueuse d’ordinaire et une faiseuse d’exotique.

Moi, je suis admirative de ceux qui se font une fête de tous les jours. Se lever le matin, enfiler des yeux tout neufs et partir au boulot comme si on allait vivre une grande aventure, c’est inespéré. Elle, elle sait le faire ; être enthousiaste, gaie, énergique quand moi je me traîne péniblement hors du lit le matin. Etre pimpante et curieuse, tout le temps. Enfin je crois. Alors forcément, je suis un peu triste ; retrouver Sasha pour prendre le café en terrasse était une vraie gourmandise, de celles que l’on savoure parce que l’on sait qu’on n’a pas trop le droit d’en manger, qu’il en faut pour tout le monde.

Je ne sais pas où le vent va porter Sasha, mais ce que je sais, c’est que Juju et son papa, eux, ils sont tout près. Et il ne tient qu’à moi de plonger tous les jours dans cette autre grande boîte de chocolats et de m’émerveiller des petites phrases que Juju prononce du genre ça me rigole (quand son petit copain lui souffle dans les cheveux) ou de sa manière de vous aguicher quand vous avez empilé ses dix boîtes gigognes et qu’elle s’apprête à les faire tomber.

Promis ! Juré ! Je regarderai d’un autre oeil les petits cailloux qu’elle glane dans la cour de l’école, à la mer ou sur le parking en face de la maison. Elle les observe longtemps, elle les trouve beaux et follement enthousiasmants et une fois à la maison, on les met dans sa boîte en plastique ou on les retrouve quelques jours plus tard, tout propres, dans le tambour de la machine à laver. OK, ce lave-linge séchant grande capacité coûte une petite fortune, mais un de ces 4, il n’y aura plus de petits cailloux dans les coins et ça me rigolera pas du tout, croyez-moi.

Alors je me suis dit que j’allais me fabriquer des lunettes à regarder mieux et vous en toucher deux mots, de temps en temps. Et profiter plus de la vie et des miens. Et lever le pied, lâcher-prise, laisser faire… Et croquer un peu plus Paris.

Comme Sasha.

Publicités

Une Réponse to “Les Bonnes Résolutions”

  1. Vincent 10 octobre 2013 à 19 h 48 min #

    Chiche !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :